LE MARCHÉ DU 3PL

DES ÉTUDES QUI EN DISENT LONG...

PERSPECTIVE SUR LE MARCHÉ CANADIEN

La principale demande provient du milieu du e-commerce. En 2016, les canadiens ont dépensé en ligne plus de 34 milliards de dollar, soit 7% de la totalité des ventes au détail. En 2016, on parle d’une augmentation de 15% par rapport à l’année précédente selon Poste Canada. Dans la même période, les magasins physiques ont eu une croissance des ventes de seulement 2%.

 

En général, le Québec et le Canada tout entier est à la remorque du marché par rapport à l’utilisation des 3pl.  Selon Jacques Roy du HEC dans un entrevue publié dans le journal Les affaires en 2017, l’Europe ou les États-Unis sont nettement en avance. “ En Europe, les entreprises n’y pensent même plus: faire affaire avec de telles entreprises [les 3pl] est une seconde nature” affirme M. Roy. En mai 2014, une étude de M. Roy démontre cette tendance, car mondialement près de 49,5% des entreprises utilisent un service d’impartition pour de la préparation de commandes et même d’entreposage. Au Canada, ce pourcentage était nettement moins significatif, on parle plutôt de 26,5% des entreprises qui impartissaient ces mêmes services.

 

Si on considère que la moitié des petites entreprises n’ont pas de site transactionnel, elles deviennent un potentiel de marché futur. L’autre moitié l’est aussi, car souvent elles le font à l’interne et si elles veulent augmenter leurs ventes elles doivent considérer l’utilisation d’un 3pl pour les aider à augmenter leur capacité de distribution.

 

Pour les moyennes entreprises, le défi est tout autre. Ces entreprises doivent faire un choix entre investir des sommes d’argents considérable pour la construction de nouvelles installations ou l’agrandissement de leurs distributions existantes, et utiliser un partenariat avec une entreprise comme Flex Logistique.

QU'EN EST-IL DU 3PL AU QUÉBEC?

Selon une récente étude du CEFRIO, 21% seulement des prestataires logistique oeuvre dans le domaine du commerce électronique. On parle ici de tous les prestataires soit les 1PL, les 2PL, les 3PL et les 4PL. Dans cette même étude, la concentration des entreprises 3PL au Canada est principalement faite en Ontario, le Québec étant à la remorque du marché avec près de deux ans de retard. Du 79% des entreprises ne faisant pas de commerce électronique, “60% évoquent des défis liés à l’adaptation de leur entreprise pour ce type de contexte [du commerce électronique]” CEFRIO, Octobre 2018.